L’offre musicale en Avallonnais II – 137 ans et tous ses cuivres!

…Et aussi ses bois. La société Philharmonique d’Avallon, plus connue sous son affectueux petit nom, “la philar”, est née en 1881 en pleine période du mouvement orphéonique français qui se confondait alors avec le mouvement associatif et patriotique: ce fut l’âge d’or des sociétés municipales de musique, de gymnastique, des bataillons scolaires, etc.

Quand philharmonie rime avec philanthropie

Á la belle époque, et jusqu’en 1914, le kiosque qui occupait les Terreaux Vauban était  investi tous les dimanches par les musiciens qui jouaient, outre les indispensables musiques militaires et airs de fanfares, les grands succès de l’opérette d’alors, de Messager à Franz Lehar.

© Lena Gutke

Elle remplit dès le départ son rôle de société d’éducation populaire placée sous le signe de la gratuité, prenant en charge  tenue et  instruments pour ceux de ses membres qui n’en possédaient pas, soit la majorité d’entre eux jusqu’aux années 1970. Outre ses concerts dominicaux, elle fait venir des chanteurs de l’opéra comique de Paris, donnant des galas dont le produit va intégralement aux nécessiteux de la ville d’Avallon. Son rôle est alors essentiel dans l’animation musicale de la ville, puisque la convention qui la lieà la municipalité lui impose de donner 12 concerts par an…“Deux, actuellement”, dit en souriant Christian Thomassin, président qui a occupé durant vingt cinq ans le rôle de chef d’orchestre et qui a depuis 2016 retrouvé son pupitre de saxophoniste.

La “philar” sera également aux origines de l’enseignement musical dans l’Avallonnais, possédant sous la direction d’André Gendre, directeur d’école primaire, sa propre école dont la formation  constitue alors le “grand orchestre” : devenue municipale en 1983, ladite école ne fut rien moins que l’embryon de l’actuel Conservatoire. Christian Thomassin a désormais cédé sa baguette à la flûtiste franco-suédoise Lena Gutke, installée avec bonheur dans le “Morvan profond” à Marigny l’Église depuis plusieurs années, et qui participait déjà aux jurys des examens musicaux du Conservatoire d’Avallon pour la musique de chambre. Nous ne manquerons pas de consacrer bientôt un article à cette exemplaire Morvandelle d’adoption.

Le répertoire actuel de la “philar” reste éclectique, mêlant les œuvres originales écrites spécialement pour les harmonies, un peu de classique, les thèmes autour de la danse ou des grands chanteurs de l’époque: ainsi du magistral hommage rendu à l’automne 2017 à Claude Nougaro. Des commémorations aux manifestations autour des jumelages, des concerts à l’accompagnement musical du Carnavallon, ses 25 membres,tous habitants de la région proche – avec une bonne part de Nivernais – continue à animer cérémonie et fêtes en nousoffrant toujours des prestations de qualité.