Á Vault-de-Lugny, on soigne les patrimoines

Sis au bord du Cousin, qui vit ici ses derniers méandres avant de rejoindre sa grande sœur la Cure, au pied du Montmartre (357m!), Vault-de-Lugny est un beau village, qui invité autant à la découverte active de ses coteaux – deux chemins de randonnée y sont parfaitement balisés, dont le GR 13 – qu’à la contemplation de son patrimoine artistique.

Son église Saint-Germain, construite vers 1500, classée monument historique, est célèbre pour ses fresques de la passion du Christ, où dominent les ocres et le carmin. Les artistes ont su utiliser judicieusement les contrastes de lumière de la vaste nef au plan carré : ainsi les scènes tragiques sont elle cantonnées au sud, et celles portant l’espérance placées au nord, plus lumineux. L’association des Amis de l’église de Vault-de-Lugny soutient les actions de promotion et d’entretien de l’église, et les restaurations opérées entre 2012 et 2014 ont été l’occasion d’éditer un ouvrage dont le texte est dû à M. Henri Mitterrand : “Peintures murales de la passion : le maître de Vault-de-Lugny”.

Attesté dès le XIè siècle et remanié au XVè, le château des sires de Vault, classé également en 1971, abrite un hôtel-restaurant, l’un des fleurons gastronomiques de l’Avallonnais.

Mais le patrimoine naturel n’est pas oublié : au maraîchage et à l’élevage “bio” de la Ferme de la Butte, dont les produits bien connus des gourmands de la région sont disponibles à sa boutique du village ou au marché d’Avallon, Michel et Jean-Marie Pautard ajoutent la sauvegarde des races bovines traditionnelles : la Casta des Pyrénées, la Ferrandaise des puys auvergnats et la coquette Highland des landes d’Écosse y sont chez elles, à côté des moutons de race Romane et de l’aurochs “reconstitué”, curiosité génétique prisée des forestiers pour ses qualités de nettoyeur de sous-bois. Si la permanence de ces races rustiques et peu exigeantes, qui autrefois labouraient, donnaient du lait et des veaux et qui furent menacées par la spécialisation productiviste des années 1960 est désormais assurée au plan national, c’est grâce à des initiatives comme celle de la famille Pautard.