Les premiers Bourguignons ?

Surplombant la route lorsqu’on arrive d’Avallon par (l’ex) N6, l’éperon de beau calcaire corallien, où l’on distingue de nombreux abris sous roche, inspire déjà le respect : la Cure qui n’est point ruisseau a dû négocier avec lui deux méandres. Quant aux hommes, ce sont deux tunnels qu’ils ont dû forer  – l’un routier, l’autre ferroviaire  – pour passer en force. Franchissez le premier (allumez vos phares!), et repérez ensuite à gauche le fléchage des grottes d’Arcy, pour une fabuleuse découverte des “âges farouches”, comme il est écrit dans la Guerre du feu de Rosny Aîné. Onze grottes préhistoriques datées du paléolithique moyen au supérieur(-250000 à -10000 ans) y témoignant d’une occupation humaine poursuivie durant plus de 200000 ans. La partie ornée des grottes date pour sa part de 30000 ans, ce qui fait de l’unique ensemble de peinture pariétale de la Bourgogne le plus ancien du monde après celui de la grotte Chauvet (Ardèche).

La hyène © Avallon-Morvan

Bien que les peintures aient attendu 1990

Reconstitution d’un grand cerf des tourbières.

pour être identifiées, la fouille du site débuta dès 1947 sous la direction du grand préhistorien – anthropologue André LEROI-GOURHAN. Asisté de son épouse Arlette, pionnière de la palynologie ou étude des pollens fossiles, c’est à Arcy qu’il devait établir son centre d’étude : quoi de plus légitime que de donner son nom au collège de Vermenton? Réalisées à l’ocre et au charbon de bois, les peintures présentent une dominante rouge. La faune du temps des chasseurs y est représentée avec les inévitables mammouths, majoritaires, mais aussi des figures animales moins fréquentes dans le Sud de la France, telles que l’ours, la hyène, le rhinocéros laineux et ce cervidé aux bois spectaculaires (jusqu’à 4m d’envergure) appelé le mégalocéros ou “grand cerf des tourbières”. Comme dans le Périgord ou les Pyrénées, les artistes ont mis à profit les reliefs de la paroi pour dynamiser leur dessin, de style sobre et limité au contour.

Une main négative”.

On trouve aussi des représentations de la main humaine sous la forme dite main négative : l’artiste a posé sa main sur la paroi et soufflé à la bouche sa couleur tout autour, selon la technique du pochoir. Parmi ces mains, celle fort émouvante d’un enfant…et nous voilà fixés sur les activités d’éveil d’un garnement qui se trouve être notre plus lointain grand-père!

Creusée par la Cure, la grotte elle-même est également présente aussi un intérêt “spéléologique”. Elle offre les concrétions habituelles nées du ruissellement, stalactites (vers le haut!) et stalagmites (vers le bas!) et comporte des lacs souterrains ainsi que des vasques. Le dépôt calcaire présent sur l’un d’eux est sujet à de curieuses évolutions, tombant au fond puis remontant périodiquement à la surface.

Lac souterrain dans la grotte d’Arcy-sur- Cure : le lavoir. © David Ducrot

Pour une passionnante visite, les grottes d’Arcy-sur-Cure sont ouvertes tous les jours de Pâques  au 11 Novembre de 10h à 12h et de 14h à 18h.