Vingt siècles de vin à Vézelay

Sous l’église Saint-Étienne, en bas de la rue du même nom, on a trouvé les vestiges d’un temple romain : au vu des objets trahissant un ancien marché, on attendrait Mercure, dieu des carrefours, du commerce et de voleurs. Mais non, il s’agit de Bacchus : on n’échappe pas à son destin. Car si, bien avant l’installation des saintes filles, le cours de la vallée se voue à des eaux guérisseuses, le mont où elles se refugient au ixè siècle, suivies

Continuer la lecture de Vingt siècles de vin à Vézelay

La chapelle de la Cordelle

La croix de la Cordelle

Tapi au nord-ouest de la colline entre Ste Marie-Madeleine et St Jacques d’Asquins, il est un petit   bâtiment austère dont le rayonnement spirituel – bien indépendant de ses dimensions ou de son emprise architecturale -, renforce depuis neuf siècle celui de notre splendide basilique. On y accède à partir de la Porte Neuve, en prenant la route d’Asquins, puis, sur la droite une route fort étroite qui conduit à un carrefour de chemins de terre apparaît la fameuse croix de la Cordelle sur son rognon de roche dominant ce versant de la colline, liée pour toujours à la prédication de Bernard de Clairvaux.

Continuer la lecture de La chapelle de la Cordelle

La croisade de la Paix (1946)

« Je ne voyais que des pieds déambulant dans la nef…il faut dire qu’âgé alors de huit ans, mon regard portait au ras du sol …il a fallu que mon père me prenne sur ses épaules pour voir la procession. » Ainsi Pierre-Étienne Breguet, habitant d’Uzy et l’un des derniers témoins oculaires de l’événement, âgé de quatre ans à l’époque, relate-t-il « sa » croisade de la paix.

Continuer la lecture de La croisade de la Paix (1946)

Ultreïa! ou : par des chemins millénaires

“Nous avons quitté Vézelay à six heures du matin. Á peine assez clair pour lire la carte. Nos équipement neufs de marcheurs nous gênent un peu aux entournures…[…] Au bout du chemin pâle, mille sept cents kilomètres plus loin, nous avons rendez-vous avec “Monsieur Saint-Jacques”[Pierre BARRET – Jean-Noël GURGAND : Priez pour nous à Compostelle]

En cette année où Vézelay et tous les lieux “jacquaires” d’Europe célébrent les 20 ans de l’inscription des Chemins de Compostelle au patrimoine de l’humanité, il est juste de rendre hommage à deux pionniers qui, par le succès de leur ouvrage  Priez pour nous à Compostelle signèrent une étape essentielle de la renaissance du pèlerinage.

 

Continuer la lecture de Ultreïa! ou : par des chemins millénaires

“Vézelay, Vézelay, Vézelay, Vézelay”

“Vézelay, Vézelay, Vézelay, Vézelay”…connaissez-vous plus bel alexandrin de la langue française?” – Louis ARAGON

Il faut arriver à la lumière du soir par la route d’Avallon afin de ne pas manquer la “Montjoie” de Tharoiseau et de saluer en pèlerin la Madeleine sur son éperon, qui cache si bien les maisons des hommes. Vézelay en ses vignes, proche du Morvan au point que, dit le dicton, “Ses poules y vont en champ”. Est-ce la forme du village qui, bien avant que n’existât la photo aérienne,  l’a fait nommer Mont du Scorpion? Ou bien les incessants conflits qui opposèrent les habitants à leur seigneur-abbé et ce dernier à tous les pouvoirs, puis les Huguenots aux papistes lors des guerres de religion?

Vézelay, où toute fureur trouve rémission dans le sourire de la pécheresse pardonnée, dont les reliques firent marcher bien des foules. Oui, celle à qui Jules Roy, guerrier plein de regrets et vézelien d’adoption, adressait ses mots d’amant et n’appelait jamais autrement que “mademoiselle Marie-Madeleine”, souveraine d’une colline qu’il plaçait sous le signe de l’amour fou.

Vézelay, où Bernard de Clairvaux prêcha la IIè croisade en 1146 sur les pentes de la Cordelle. Venus du cœur du continent, de plus humbles marcheurs y prirent durant des siècles le départ pour Saint Jacques de Compostelle: les coquilles de bronze scellées dans la chaussée de la grande rue réaffirment le rang de la cité comme tête de la “voie limousine” du pèlerinage.

Vézelay, confronté au devoir de respiration planétaire que lui impose son classement par l’UNESCO au patrimoine de l’humanité : le salut aux œuvriers médiévaux se double d’un hommage à  ces penseurs d’envergure qui, de Romain Rolland à Maurice Clavel, y ont mis loin du monde le point final à une œuvre vouée à l’universel humain.

Vézelay, où la lumière du chœur gothique de la basilique fait chanter le duo des calcaires bourguignons, offrit un point d’aboutissement à l’art des ymagiers romans et à la science des architectes de Cluny : c’est ici que ce rapprochement

moulin mystique VZL

donna le meilleur, un joyau que nous avons failli perdre. Car si discutée qu’ait pu être la restauration du monument par Eugène Viollet-le-Duc au XIXè siècle, pensons que “sans elle, nous irions pleurer sur des ruines”, comme disait Dom Bénigne Defarge, le voisin de La Pierre-qui-Vire.